Corentin Horeau "Nous retrouvons de très bonnes sensations à bord"

22/07/2017

Changement de terrain de jeu pour les 29 Diam24 engagés sur le Tour de France à la Voile : l’Atlantique laisse place à la Méditerranée ! Après deux jours de repos, la compétition reprend de plus belle à Roses. Riche en rebondissements, l’escale espagnole n’aura pas épargné les 29 concurrents, qui pour certains, n’en sortent pas indemnes. La météo incertaine typique de la grande bleue a corsé les deux exercices au programme du Tour : le raid côtier et les stades nautiques.

Cette première étape méditerranéenne ne s’est pas déroulée sans accroc pour les Vannetais non plus. 

Lorina Limonade – Golfe du Morbihan démarre bien la compétition en se classant 2nd du raid côtier. Il joue malheureusement de malchance aujourd’hui. Premier de la phase de qualification, il est disqualifié de la super-finale pour départ prématuré. Il est 8ème au classement général, deux points derrière son petit frère Lorina Mojito – Golfe du Morbihan

Les Mojitoboys signent une belle performance sur le raid. La journée de stadiums est entachée par une seule fausse note qui leur coûte la place en super-finale. Ils sont 7èmes au classement général et gardent la tête du classement jeune. 

Lorina Limonade – Golfe du Morbihan n’a pas cédé aux caprices d’Eole sur le premier raid méditerranéen ! En tête de bout en bout du parcours de 43 milles, Quentin Delapierre, Kevin Peponnet et Bruno Mourniac n’ont pas démérité. Hélas, ils sont rattrapés par la Fondation FDJ – Des Pieds et Des Mains à quelques mètres de la ligne d’arrivée. Ils sont 2èmes mais ravis de retrouver les belles sensations du Tour dernier comme l’explique Quentin Delapierre, co-skipper du Team : « Ce qu’il faut retenir de la journée c’est que nous avons réussi à retrouver du plaisir sur les bords de vitesse. Nous avons beaucoup communiqué à bord. L’objectif était de faire avancer le bateau et c’est réussi. Le résultat aurait pu être tout autre au vu de l’avance que nous avions, mais il ne faut pas s’attarder là-dessus. » 
6ème du raid, Lorina Mojito – Golfe du Morbihan a également bien figuré. Le jeune équipage commence à prendre ses marques sur ces parcours de longue haleine où il avait jusqu’alors du mal à jouer de régularité. 

Le deuxième jour n’est pas tout rose avec les Vannetais. Au sein du même groupe lors de la phase de qualification, les deux équipages Lorina – Golfe du Morbihan se battent l’un contre l’autre pour remporter leur ticket pour la super-finale.

Lorina Limonade – Golfe du Morbihan signe une copie presque parfaite sur les manches de qualification. Avec 4 victoires, une place de 2 et une de 5, Quentin Delapierre, Bruno Mourniac et Corentin Horeau sortent premiers de leur poule. 

Coup de théâtre, le trio prend un départ prématuré sur la super-finale. La sentence du drapeau noir est implacable : ils sont disqualifiés. Au retour à terre, les mines sont défaites « C’est ce qu’il se passe depuis le début en Atlantique : quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Hier, nous nous faisons doubler sur la ligne par Fondation FDJ – Des Pieds et Des Mains. Là nous volons le départ de la super finale. Ça ne veut pas venir… » confie Corentin Horeau. 

Déçue mais pas abattue par cette nouvelle déconvenue, l’équipe reste déterminée à se battre jusqu’à Nice : « C’est un peu dur à avaler mais nous n’allons rien lâcher, ce n’est jamais fini. On ne sait jamais ce qu’il peut se passer. Il y a du très positif, nous retrouvons de très bonnes sensations à bord. Maintenant c’est du passé, il faut se concentrer sur demain. Il faut prendre chaque journée comme la première. Nous n’avons plus rien à perdre ! »
Ce soir, Lorina Limonade – Golfe du Morbihan se maintient à la 8ème place du classement général. 

Scénario inverse chez Lorina Mojito – Golfe du Morbihan ! Solune Robert, Riwan Perron et Charles démarrent la journée par une fausse note en volant le départ de la première course. Ils rebondissent et réalisent ensuite des manches de 7ème, 5ème, 4ème et terminent la journée par une victoire. Ces résultats, bien qu’en progression, ne leur permettent pas de se qualifier pour la finale. Charles Dorange, équipier à bord du trimaran vert est positif : « Nous n’avons fait que progresser sur la journée et terminons par une victoire. Cela nous fait du bien pour le moral. Même si nous n’avons pas accédé à la super-finale, nous sommes assez contents de notre remontada. Et finalement il n’y a eu qu’une fausse note sur la journée, nous restons dans le jeu et en confiance pour la suite ! »  

Aucune finale n’avait échappé aux Mojitoboys depuis Fécamp. Ils reculent de deux places au classement général, ils sont 7èmes.

Les Vannetais poursuivent leur périple méditerranéen au Grau du Roi – Port Camargue. Les hostilités sont lancées dès demain par un raid côtier.

CORENTIN HOREAU I LORINA LIMONADE – GOLFE DU MORBIHAN

« Nous avons attaqué la Méditerranée de la bonne manière je pense. Même si là nous volons le départ en super-finale, nous avons fait une phase de qualification au top. Nous avons vraiment assuré le coup. Nous allions vite, nous communiquions bien à bord. Hier, ils ont fait un super raid. Il y a du très positif, nous retrouvons de très bonnes sensations à bord.   

C’est ce qu’il se passe depuis le début en Atlantique : quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. J’ai l’impression que nous naviguons vraiment proprement, nous faisons tout ce qu’il faut. Hier, ils se font doubler sur la ligne par Fondation FDJ – Des Pieds et Des Mains. Là nous volons le départ de la super finale. Ça ne veut pas venir… Nous n’allons rien lâcher, ce n’est jamais fini. SFS a démâté hier et a fait un black flag aussi. On ne sait jamais ce qu’il peut se passer. Nous allons être à l’affût jusqu’au bout. C’est un peu dur à avaler. Maintenant c’est du passé, il faut se concentrer sur demain. Il y a un super raid à Port Camargue, nous allons commencer à travailler dessus dès maintenant. Il faut prendre chaque journée comme la première. Nous n’avons plus rien à perdre ! »

CHARLES DORANGE I LORINA MOJITO – GOLFE DU MORBIHAN

« Nous démarrons mal. Dès la première manche nous prenons un black flag, ce qui nous met un peu dans le dur. Nous avons eu du mal à nous coordonner avec Solune Robert à la barre. Au niveau de la communication et de la tactique nous n’étions pas callés du tout. Après nous avons pris nos aises sur les trois autres manches. Nous n’avons fait que progresser sur la journée et terminons par une victoire. Cela nous fait du bien pour le moral. Même si nous n’avons pas accédé à la super-finale, nous sommes assez contents de notre remontada. Nous nous sommes battus pour ne pas perdre trop de points. Et finalement il n’y a eu qu’une fausse note sur la journée, nous restons dans le game et en confiance pour la suite ! » 

Partenaires