Fin d'un Tour 2017 intense !

29/07/2017

Fin du suspense à Nice ! Le 40ème Tour de France à la Voile touche à sa fin. 23 jours et 9 étapes plus tard, les deux équipages Lorina – Golfe du Morbihan peuvent être fiers du chemin parcouru. A eux deux, ils ont remporté un tiers des actes et se sont positionnés comme de grands animateurs cet été. Pour preuve ils se sont tous les deux qualifiés dans le Rond Or de la Super-Finale de Nice aujourd’hui soit parmi les huit meilleurs bateaux de cette 40ème édition de la grande boucle !

6ème au classement général, Lorina Limonade – Golfe du Morbihan a rencontré des difficultés mais a toujours su rester uni face à l’adversité.

Le jeune équipage Lorina Mojito – Golfe du Morbihan, 8ème au classement général, a atteint tous les objectifs qu’il s’était fixé, à savoir un titre de meilleur jeune et sa place en Rond Or de la Super-Finale de Nice. Il est la belle surprise de ce Tour de France à la Voile 2017 !

Retour sur cette édition haute en couleurs.

Un Tour qui a joué des tours à Lorina Limonade – Golfe du Morbihan

Lorina Limonade – Golfe du Morbihan, tenant du titre, attaquait le Tour de France à la Voile avec l’ambition de réaliser le doublé. Le mois de juillet ne s’est pas déroulé entièrement comme prévu. Les Vannetais ont rencontré plusieurs difficultés mais n’ont jamais baissé les bras comme l’explique Matthieu Salomon, co-skipper du Team : « C’était une épreuve sportive et une épreuve aussi pour nous. Nous n’avons pas connu trop de réussite, c’était difficile mentalement. Je pense que le groupe aurait pu exploser sous la pression mais nous avons été très professionnels dans notre démarche. Nous ne faisons pas la place qu’on souhaitait à l’origine mais la dynamique est restée très bonne. Nous avons fait une très belle remontée. Nous avons réussi à rester motivés, toujours essayé de grappiller des points. C’était dur parce que nous n’y arrivions pas forcément. »

Combatifs et unis, Quentin Delapierre, Matthieu Salomon, Corentin Horeau, Bruno Mourniac et Kevin Peponnet ont toujours su rebondir. Leur détermination à toute épreuve les a portés durant les trois semaines de compétitions. Capables du meilleur, ils ont brillé sur deux Actes. Lorina Limonade – Golfe du Morbihan a renoué avec la victoire à Jullouville où Il a réalisé le doublé en remportant le raid côtier et la journée de stadiums ainsi qu’au Grau du Roi où les conditions météos étaient pourtant très musclées.

Aujourd’hui, avec une 7ème place sur la Super-Finale de Nice, la déception des Lorinaboys est palpable. « Nous sommes déçus mais nous en sortirons grandis. Avec le recul, je pense que cette expérience nous servira. Nous ne pouvons pas toujours gagner et il faut apprendre à perdre même quand on est leader en avant-saison. Je pense que nous avons réagi de la meilleure des manières sur ce Tour : naviguer au mieux, rester au contact des autres concurrents, …  Nous avons tout donné, nous sommes restés professionnels dans notre démarche. Au final, nous n’avons aucun regret dans l’engagement que nous avons mis dans ce Tour. » confie Matthieu.

Lorina Mojito – Golfe du Morbihan : Révélation 2017

Lorina Mojito – Golfe du Morbihan est quant à lui ce soir 8ème au classement général, un résultat au-delà des espérances. Solune Robert, co-skipper du Team dresse un bilan très positif de son expérience aux côtés de Riwan Perron, Charles Dorange, Louis Flament et Tim Mourniac : « Nous avons fait des supers choses, avec une belle victoire à Fécamp et plusieurs podiums. Toutes les compositions d’équipage ont bien marché, elles sont homogènes. Ce n’était pas une découverte pour moi mais c’était une belle année. Il y avait une belle cohésion de groupe. Nous étions tout le temps très soudés. Dès que nous avons fait des mauvaises journées nous avons su rebondir et être constructifs pour la suite. ».

Une performance sur ce Tour de France à la Voile que les Mojitoboys savourent ce soir tout en regardant déjà vers l’avenir. « J’aimerais revenir sur le Tour 2018, c’est à voir avec les partenaires, nous allons en discuter d’ici la fin de l’année. Nous allons essayer d’encore mieux se préparer. Je n’aurai pas forcément d’autres projets à côté donc je serai plus disponible pour le projet en avant-saison. Nous allons essayer de garder la même équipe, nous allons en discuter avec tout le monde. » conclut Solune.

MATTHIEU SALOMON I LORINA LIMONADE – GOLFE DU MORBIHAN

« C’était une épreuve sportive et une épreuve aussi pour nous. Nous n’avons pas connu trop de réussite, c’était difficile mentalement. Je pense que le groupe aurait pu exploser sous la pression mais nous avons été très professionnels dans notre démarche. Nous ne faisons pas la place qu’on souhaitait à l’origine mais la dynamique est restée très bonne.

Nous avons été très fort mentalement parce que ça aurait pu être un mois horrible. Nous avons réussi à rester motivés, toujours essayé de grappiller des points. C’était dur parce que nous n’y arrivions pas forcément. Nous sommes déçus mais nous en sortirons grandis. Avec le recul, je pense que cette expérience nous servira. Nous ne pouvons pas toujours gagner et il faut apprendre à perdre même quand on est leader en avant saison. Je pense que nous avons réagi de la meilleure des manières sur ce Tour : naviguer au mieux, rester au contact des autres concurrents, …  Nous avons tout donné, nous sommes restés professionnels dans notre démarche. Au final nous n’avons aucun regret dans l’engagement que nous avons mis dans ce Tour. C’est une bonne chose que le groupe reparte sans regret. Nous avons fonctionné comme si nous étions leaders. Nous avions toujours autant envie d’aller sur l’eau et de revenir dans le classement. 

Peu de réussite, retour de manivelles dans les dents, soucis d’accidents, disqualifications, petites erreurs sur l’eau que nous n’avons pas l’habitude de faire… Des soucis qui font nous ne sommes pas devant aujourd’hui. Dunkerque ne nous a pas permis de commencer dans les meilleures conditions ce Tour de France à la Voile. Nous sommes partis 21ème, et nous avons fait une très belle remontée.

Nous allons tous aller sur des circuits différents. Ça fait depuis trois années que nous avons tous envie d’aller faire du GC32. Nous sommes à la recherche de partenaires pour ce projet. La volonté est d’aller sur un circuit international avec des bateaux volants. Après, le Tour c’est ce qui nous plait. Le plateau sportif est démentiel, il n’y a pas ça partout.

Je tiens à remercier tous les partenaires, ils sont toujours restés à fond derrière nous malgré les difficultés. C’est très important d’être soutenus, et surtout dans les moments difficiles.  

Je pense aussi à toute l’équipe à terre, personne ne s’est démobilisé, tout le monde nous a toujours accompagné. Je dis merci vraiment à tout le monde. »    

SOLUNE ROBERT I LORINA MOJITO – GOLFE DU MORBIHAN

« Nous avons fait des supers choses, avec une belle victoire à Fécamp et plusieurs podiums. Toutes les compositions d’équipage ont bien marché, elles sont homogènes. Nous savons ce que nous avons à travailler. Nous avons été très réguliers sur les stadiums. L’accent sera à mettre sur les raids parce que c’est ce qui nous a coûté cher cette année. Ce sont ces erreurs là qu’il faudra gommer pour l’année prochaine. Nous sommes super contents, nous avons une très belle équipe avec les Bleus, le staff technique, la communication et Hervé (Gautier) à la navigation. C’était une super ambiance. J’ai hâte de revivre tout ça l’année prochaine.
J’aimerais revenir sur le Tour 2018, c’est à voir avec les partenaires, nous allons en discuter d’ici la fin de l’année. Nous allons essayer d’encore mieux se préparer. Je n’aurai pas forcément d’autres projets à côté donc je serai plus disponible pour le projet en avant saison. Nous allons essayer de garder la même équipe, nous allons en discuter avec tout le monde. Tim Mourniac va sûrement faire du Nacra mais sinon les trois autres seront disponibles pour le Tour. C’était le premier Tour de France à la Voile pour Charles Dorange et Louis Flament, maintenant ils voient ce que c’est, donc l’année prochaine ils reviendront encore plus forts. Ce n’était pas une découverte pour moi mais c’était une belle année. Il y avait une belle cohésion de groupe. Nous étions tout le temps très soudés. Dès que nous avons fait des mauvaises journées nous avons su rebondir et être constructifs pour la suite. »